Bill C-461: A Threat to Canada’s Public Broadcaster

Friday, November 22, 2013
français UPDATED Ottawa, November 22, 2013 – MP Brent Rathgeber has proposed amendments to his own bill, C-461, to remove all of the elements that threaten the integrity of journalism at the CBC/Radio-Canada. Rathgeber left the Conservative Party of Canada in early June because the government "gutted" other aspects of his bill, namely changes to the Privacy Act that would allow for the disclosure of civil servant salaries. In Third Reading debate on C-461, Rathgeber recognized the concerns of freedom of expression organizations that the bill would not protect the CBC's journalistic activities and the identity of its confidential sources. Rathgeber's amendments, however, are unlikely to be passed since C-461 enjoys the support of the government which could force it through in its current form early in the new year. The following statement analyzes how C-461, without Rathgeber's amendments, threatens the journalistic integrity of the CBC.
November 22, 2013 – C-461, a private member’s bill, has moved quickly through the House of Commons and is now about to receive Third Reading approval before it goes to the Senate and then becomes law. The media has paid scant attention to the actual content of Bill C-461 (see background notes). As a result Canadians are not aware of how this legislation will change the Access to Information and the Privacy Acts in ways that could undermine the journalistic and programming integrity of Canada’s public broadcaster, the CBC/Radio-Canada. We ask Canadians to tell their MPs and their Senators to reject this attempt to weaken the CBC.

Here are our concerns with Bill C-461:

1) C-461 isn’t needed. Bill C-461 is based on the assumptions that the current Access to Information Act (ATIA) is unclear and the CBC needs to be more accountable. In fact, after several years of deliberations by the courts, the ATIA is now very clearly defined – and it is working effectively. The Information Commissioner of Canada has given the public broadcaster an “A” grade for the timeliness of its access to information responses. In addition, the current Access to Information Act grants the CBC the power to provide strong protection for its confidential journalistic sources while guaranteeing its independence from government and its inherent right to free expression. The new law would require several test cases and years of court proceedings to produce clear guidelines for its application. The insight and clarity produced by past years of judicial deliberation on the ATIA would be lost. The CBC is also held accountable to Canadians by a government-appointed board of directors, by the Auditor-General’s review of finances, by CBC reports to Parliament, and by licensing reviews by the CRTC. 2) C-461 threatens the CBC’s journalistic integrity. Parliamentary democracies such as the U.K., Ireland and Australia give their public broadcasters strong protections under freedom to information laws, allowing them to exclude journalistic, creative, and programming documents. As currently amended, C-461 does provide some protection for the CBC’s confidential journalistic sources (see below). However, everything else that involves journalism, news gathering and reporting – including reporters' notebooks, travel plans, interview strategies and budget – is on the table for access requests. The CBC may refuse to disclose such information if it would hinder the CBC’s “journalistic, creative and programming independence.” But this is a very narrow and vague term – in the context of the CBC it is usually taken to mean “independence from government” – and could allow third parties, and even the subjects of journalistic investigations, to acquire information about those investigations. The CBC’s journalistic integrity and its inherent right to freedom of expression could be damaged. Additionally, the identity of sources could potentially be deduced by such data. 3) C-461 could undermine the CBC’s position in the media marketplace. Bill C-461 also allows media competitors of the CBC to request information about CBC business matters, including programming, staffing, budgets, external contracts, travel, business strategies and other creative endeavours. Some of this material must already be disclosed under the existing access legislation. Parliamentarians need to assess the degree to which these disclosures provide media competitors with unique advantages in the marketplace. Since no other media outlets are subject to the Access Act, it could be used to undermine the CBC's ability to compete – and to survive. 4) C-461 opens the door to privacy requests that could also jeopardize the CBC’s journalistic integrity. C-461 changes the Privacy Act by removing the CBC’s right to exclude privacy information collected for reasons of journalism and instead makes disclosure of that information subject to a test of injury to the CBC’s “independence.” As an example, if the CBC was investigating an organized crime figure, that person could potentially take the CBC to court to force the Corporation to turn over any research they had uncovered about him or her – even before a report is broadcast. No private broadcaster would be subject to such provisions. This could seriously impede the CBC’s ability to produce substantive journalism. 5) C-461 weakens the CBC’s ability to protect its confidential journalistic sources. Aware that prominent court decisions have strongly supported the media’s right to protect confidential sources, the government has amended the original version of C-461 to allow the CBC to exclude any information that would reveal the identity of sources. However, the new law fails to clarify who is to determine if information would reveal sources. Under the existing act, as clarified by the courts, no one outside of the CBC can review such material. The amended C-461 is not clear on this point and will likely require several test cases and years of court proceedings to produce clear guidelines. Meanwhile, the Information Commissioner of Canada contends that she has the right to review journalistic sources. That could make it less likely that whistleblowers will even approach the CBC. Under the new law, whistleblowers will know that if they approach the CBC with a story of governmental corruption, their identity might be revealed to a third party – the Information Commissioner and her staff. No other media outlet would be subject to this requirement. Despite assurances by the Commissioner that she and her staff will be able to protect the identity of sources, this change means that whistleblowers will be more likely to approach other news outlets rather than the CBC, and the public broadcaster's capacity to conduct investigative journalism may be damaged. We, the undersigned are concerned about this threat to the CBC’s ability to do its work. We are asking Canadians to contact their MPs and their Senators and ask them to stop Bill C-461. Canadian Journalists for Free Expression (CJFE) Arnold Amber, President Canadian Media Guild (CMG) Carmel Smyth, National President Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) Brian Myles, Président Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA) Ferne Downey, National President CWA/SCA Canada Martin O’Hanlon, Director Federal Accountability Initiative for Reform (FAIR) David Hutton, Executive Director Friends of Canadian Broadcasting Ian Morrison, Spokesperson The Canadian Association of Journalists (CAJ) Hugo Rodrigues, President Canadian Committee for World Press Freedom Sue Allan, President Leadnow.ca Jamie Biggar, Executive Director OpenMedia.ca Steve Anderson, Founder and Executive Director
Background: Bill C-461 was promoted by its sponsor, Conservative MP Brent Rathgeber, as a way to force federal departments and crown corporations to disclose the salary of employees making more than $188,000 yearly and at the same time to make the CBC more accountable by changing sections of the Access to Information Act and the Privacy Act that affect the public broadcaster. With dual goals and a roundabout way of achieving them, C-461 was, from the start, an ill-conceived, complex piece of legislation with serious implications for freedom of expression and the integrity of the CBC’s journalism. As C-461 moved through the House, it became clear that the sponsor of the bill and the government had different and conflicting purposes for the legislation. The government, through the Department of Justice, introduced an amendment to C-461 so that salary disclosure would only begin with civil servants earning more than $444,000 yearly – thereby excluding all but the highest paid mandarins or executives of crown corporations. Feeling betrayed, Rathgeber resigned from the Conservative Party over what he saw as the party’s gutting of his bill. As organizations concerned about freedom of expression, we strongly object to the way this bill exploits the issue of CBC accountability – to the point of weakening its journalistic integrity – in the pursuit of that objective. Canada’s Access to Information Act is in urgent need of modernization. But what is needed is a comprehensive package of reforms, not minor tinkering with provisions targeting just one crown corporation. As the Information Commissioner told the Standing Committee On Access To Information, Privacy And Ethics on May 29th, there are potential risks in the C-461 approach:
"... challenges related to access to information are complex. They demand thoughtful, unified action and are not amenable to a "piecemeal" solution ... While acknowledging the need to amend the law, I maintain that it should not be done in a disjointed way since this leads to issue-specific amendments which erode the Act’s status as a law of general application."
For more information, please contact: Laura Tribe Canadian Journalists for Free Expression 416-515-9622, ext. 232 ltribe@cjfe.org Jeanne d’Arc Umurungi Canadian Media Guild 416-591-5333, ext. 243 jeannedarc@cmg.ca

Le projet de loi C-461 : Une menace pour le radiodiffuseur public du Canada

22 novembre 2013 – Le projet de loi C-461, né d’une initiative d’un député a rapidement franchi les diverses étapes à la Chambre des communes et est maintenant sur le point de recevoir l'approbation de la troisième lecture avant qu'il ne passe au Sénat pour devenir loi. Les médias ne se sont pas suffisamment attardés sur la teneur réelle du projet de loi C-461 (voir les notes de contexte ci-dessous). Par conséquent, les Canadiens ne sont pas pleinement conscients de la manière dont le projet de loi modifiera les lois relatives à l'accès à l'information et à la protection des renseignements de façon à miner l’intégrité journalistique et la programmation du radiodiffuseur public du Canada, la Société Radio-Canada (SRC). Nous demandons aux Canadiens de dire à leurs députés et à leurs sénateurs de rejeter cette tentative visant à affaiblir la Société Radio-Canada.

Voici nos préoccupations quant au projet de loi C-461 :

1) C-461 n’est pas nécessaire. Le projet de loi C-461 présuppose que l’actuelle Loi sur l’accès à l’information n’est pas claire et que Radio-Canada doit être assujettie à une plus grande reddition de compte. Or, après plusieurs années de délibérations devant les tribunaux, la Loi sur l’accès à l’information est aujourd’hui très clairement définie et fonctionne de manière efficace. La Commissaire à l’information du Canada a accordé la note excellente de « A » au diffuseur public pour sa rapidité à fournir des réponses aux demandes d’accès à l'information. En outre, la Loi sur l'accès à l'information actuelle accorde à la SRC le pouvoir d'assurer une protection appropriée aux sources confidentielles de ses journalistes, tout en garantissant son indépendance par rapport au gouvernement et son droit inhérent à la liberté d'expression. La nouvelle loi exigerait plusieurs cas types et des années devant les tribunaux afin de produire des lignes directrices claires pour sa mise en vigueur. Les aperçus et la clarté tirés des années de délibérations judiciaires concernant la Loi sur l’accès à l’information seraient perdus. La SRC doit également rendre des comptes aux Canadiens par l’entremise d’un conseil d’administration nommé par le gouvernement, la vérification comptable annuelle du vérificateur général, des rapports fournis au Parlement par la SRC, et des examens de licence du CRTC. 2) C-461 menace l'intégrité journalistique de la Société Radio-Canada. Des démocraties parlementaires telles que le Royaume-Uni, l'Irlande et l’Australie donnent à leurs radiodiffuseurs publics de solides protections en vertu des lois sur la liberté d’accès à l’information; ils leur permettent d'exclure les documents à caractère journalistique, créatif et liés à la programmation. Le projet de loi C-461 tel que modifié offre quelque protection aux sources confidentielles des journalistes de la SRC (voir ci-dessous). Cependant, tout ce qui concerne le journalisme, la collecte de nouvelles et les reportages – y compris les cahiers de notes des journalistes, les itinéraires de voyages, les stratégies d’entrevues et les budgets – est touché par les demandes d'accès. La SRC pourrait refuser de divulguer ces renseignements si cela peut porter atteinte à « l’indépendance journalistique, créative et de programmation ». Mais cette expression a un sens étroit et vague – Dans le contexte de Radio-Canada, elle signifie habituellement « indépendance par rapport au gouvernement » et pourrait permettre à des tierces parties, et même les personnes ou organisations faisant l’objet d’enquêtes journalistiques, d’obtenir des renseignements sur ces enquêtes. L’intégrité journalistique de Radio-Canada et son droit inhérent à la liberté d’expression pourraient être entamés. En outre, l'identité des sources pourrait être établie à partir de ces données. 3) C-461 pourrait nuire à la position de Radio-Canada dans le marché médiatique C-461 permet également aux concurrents de la Société Radio-Canada de demander des informations sur des questions liées à la gestion des affaires de la SRC, dont la programmation, les effectifs et les budgets, les contrats extérieurs, les déplacements, les stratégies commerciales et autres activités créatives. Une partie de ces renseignements doit être divulguée en vertu de la législation sur l'accès à l’information déjà existante. Les parlementaires doivent évaluer dans quelle la mesure ces informations offrent des avantages uniques aux concurrents sur le marché médiatique. Étant donné qu’aucun autre média n’est soumis à la Loi sur l'accès à l’information, celle-ci pourrait être utilisée pour diminuer la capacité concurrentielle de la Société Radio-Canada - et sa capacité de survie. 4) C-461 ouvre la voie aux demandes de renseignements qui pourraient mettre en péril l'intégrité journalistique de la SRC. C-461 modifie la Loi sur la protection des renseignements personnels en enlevant à la SRC le droit d’exclure les informations confidentielles recueillies pour des raisons de journalisme et, en contrepartie, prévoit que la divulgation de ces renseignements soit assujettie à un examen de la mesure dans laquelle cela nuit à « l'indépendance » de la SRC. À titre d'exemple, si la SRC enquêtait sur un membre du crime organisé, cette personne pourrait poursuivre la Société Radio-Canada devant les tribunaux pour forcer la SRC à lui remettre toutes les recherches qu’elle aurait découvertes sur elle et ce, même avant qu’un reportage ne soit diffusé. Aucun radiodiffuseur privé ne serait soumis à des dispositions similaires. Cela serait en soi une sérieuse atteinte à la capacité de la Société Radio-Canada de faire du travail journalistique approfondi. 5) C-461 affaiblit la capacité de la Société Radio-Canada à protéger les sources confidentielles des journalistes. Conscient du fait que d’importantes décisions juridiques ont fortement appuyé le droit des médias de protéger leurs sources confidentielles, le gouvernement a modifié la version originale de C-461 pour permettre à Radio-Canada d’exclure les renseignements qui pourraient révéler l’identité des sources. Cependant, la nouvelle législation ne précise pas qui sera chargé de déterminer si des renseignements constituent une information pouvant révéler des sources. En vertu de la loi actuelle, telle que clarifiée par les tribunaux, personne en dehors de la SRC n’est en mesure d’examiner ces documents. Le projet de loi C-461 modifié n’est pas clair sur ce point et exigera fort probablement plusieurs cas types et des années devant les tribunaux pour produire des lignes directrices claires. Entretemps, la Commissaire à l’information affirme qu’elle a le droit d’examiner les sources des journalistes. Cela pourrait avoir pour effet d’empêcher les dénonciateurs d’aborder la SRC. En vertu de la nouvelle loi, les dénonciateurs sauront que s'ils abordent la SRC pour une histoire de corruption gouvernementale, leur identité risque d’être révélée à un tiers, à savoir la commissaire à l’information est son personnel. Aucun autre média n’est soumis à cette obligation. Ainsi, malgré les assurances de la commissaire qu'elle et son personnel seront en mesure de protéger l'identité des sources, les dénonciateurs seront plus susceptibles d’aller vers d’autres médias plutôt que la SRC. La capacité du radiodiffuseur public à effectuer du journalisme d'enquête pourrait s’en trouver compromise. Nous soussignés sommes préoccupés par cette menace à la capacité de la SRC d’effectuer son travail. Nous demandons aux Canadiens de communiquer avec leurs députés et leurs sénateurs pour leur demander d'arrêter le projet de loi C-461. Journalistes canadiens pour la liberté d’expression (CJFE) Arnold Amber, Président La Guilde canadienne des médias (GCM) Carmel Smyth, Présidente nationale Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) Brian Myles, Président Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA) Ferne Downey, Présidente nationale CWA/SCA Canada Martin O’Hanlon, Directeur Initiative pour la réforme de l'imputabilité fédérale (IRIF) David Hutton, Directeur exécutif Friends of Canadian Broadcasting Ian Morrison, Porte-parole L’Association canadienne des journalistes (CAJ) Hugo Rodrigues, Président Le Comité canadien pour la liberté de la presse mondiale (CCLPM) Sue Allan, Président OpenMedia.ca Steve Anderson, Fondateur et Directeur exécutif Leadnow.ca Jamie Biggar, Directeur exécutif
* Contexte : Le projet de loi C-461 a été promu par le député Brent Rathgeber du Parti conservateur dans le but d’obliger les ministères fédéraux et sociétés d'État à divulguer le salaire des employés dont le salaire s’élève à 188 000 $ ou plus. Rathgeber a également ajouté des modifications à la Loi sur l'accès à l'information et à la Loi sur les renseignements personnels qui, selon lui, rendraient la SRC plus imputable. Au fil des débats à la Chambre de communes, il est devenu clair que le député parrainant le projet de loi et le gouvernement visaient différents objectifs pour la loi. Le gouvernement, par le biais du ministère de la Justice a modifié le projet de loi C-461 de sorte que le niveau auquel commence la divulgation (salaires de 444 000 $ ou plus) exclut presque tous, sauf des mandarins hautement rémunérés et quelques dirigeants des sociétés d'État. Se sentant trahi, M. Rathgeber a quitté le Parti conservateur estimant que le parti avait éviscéré son projet de loi. En tant qu’organismes préoccupés par la liberté d’expression, nous dénonçons vigoureusement la manière dont ce projet de loi exploite la question de la reddition de compte de la SRC – au point d’affaiblir son intégrité journalistique – dans le but d’atteindre ses objectifs. La Loi sur l’accès à l’information du Canada a besoin d’être modernisée. Mais ce qu’il faut, ce sont des réformes complètes et non quelques rafistolages avec des dispositions visant une seule Société de la Couronne. La Commissaire à l’information a précisé devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique le 29 mai, qu’il y a des risques potentiels dans l’approche de C-461 :
« … les défis qui touchent l'accès à l'information sont complexes. Ils exigent une intervention réfléchie et complète et non pas une solution « à la pièce ».. Tout en reconnaissant le besoin de modifier la loi, il n’est pas souhaitable qu’elle le soit de façon fragmentaire puisque le régime qui en résulte est décousu et ces modifications érodent le statut de la loi comme loi d’application générale. »
Renseignements : Laura Tribe Journalistes canadiens pour la liberté d’expression 416-515-9622, poste 232 ltribe@cjfe.org Jeanne d’Arc Umurungi Guilde canadienne des médias 416-591-5333, poste 243 jeannedarc@cmg.ca

Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.