Appeal for press freedom in countries attending the Francophone Summit in Canada

Wednesday, September 1, 1999

Appeal for press freedom in countries attending the Francophone Summit in Canada

1 September 1999

The following is an open letter by the Comité québécois pour la liberté de presse (Quebec Committee for Press freedom) addressed to Prime Minister Jean Chrétien and Premier Lucien Bouchard asking them to present a resolution in favour of press freedom at the Francophone Summit:

The Right Honourable Jean Chrétien
Prime Minister of Canada
The Honourable Lucien Bouchard
Premier of Québec

The Comité québécois pour la liberté de presse (Quebec Committee for Press Freedom) is asking Quebec and Canada to present a resolution in favour of press freedom at the Francophone Summit, beginning September 3rd in Moncton, New Brunswick.

No fewer than fifteen countries known to violate press freedom will be participating in the Summit. The actions of these countries have been denounced by international organizations such as the International Freedom of Expression Exchange (IFEX), Reporters sans frontieres, and the Commitee to Protect Journalists in the United States.

These actions include threatening, beating, imprisoning (often without a fair trial) or killing journalists, controlling, seizing or suspending newspapers, banning foreign media, or censoring the Internet. Countries which are guilty of one or more of these violations include Burkina Faso, Cameroon, Congo, Ivory Coast, Gabon, Equatorial Guinea, Laos, Mauritania, Central African Republic, Rwanda, Chad, Togo, Tunisia, and Vietnam. Quebec and Canada must not be involved in any organization with these countries without explicitly opposing such violations.

In particular, we want Quebec and Canada to call for the release of 17 journalists who are currently imprisoned in Francophone countries for journalism-related offenses. It must be clearly stated at the Summit that imposing a prison sentence for an offense such as defamation is an exaggerated and unjust punishment that does not fit the offense. Fourteen of the 15 countries mentioned above have adopted these kinds of laws. Our organization recently hosted the Montreal visit of a Vietnamese journalist who had been imprisoned for 20 years in his own country. Doan Viet Hoat made it clear that economic development and the fight against corruption cannot progress unless there is respect for the fundamental rights of citizens.

This includes press freedom.

We hope you share this point of view.

The Comité québécois pour la liberté de presse is an initiative of the Fédération professionnelle des journalistes du Québec (Professional Federation of Québec Journalists) (FPJQ). We work to defend press freedom around the world.

Michel C. Auger, President of the FPJQ
Jane McElhone, Comité québécois pour la liberté de presse, member of executive of the FPJQ

RECOMMENDED ACTION:

Similar appeals can be sent to:

The Hon. Jean Chrétien
Prime Minister
House of Commons
P.O. Box 1103
Ottawa, Ontario
K1A 0A6
Fax: +613 941 6900
E-mail: pm@pm.gc.ca

Lucien Bouchard
Premier of Quebec
Hotel du Parlement
Quebec City, Quebec
G1A 1A4
Fax: +418 643 3924
E-mail: premier.ministre@gouv.qc.ca

Ci-dessous, une lettre du Comite québecois pour la liberté de presse au premier ministre du Canada et au premier ministre du Québec demandant une résolution en faveur de la liberté de la presse au Sommet de la Francophonie:

Lettre ouverte

M. Jean Chrétien,
Premier ministre du Canada
M. Lucien Bouchard,
Premier ministre du Québec

Le Comité québécois pour la liberté de presse (FPJQ) vous demande de présenter une résolution en faveur de la liberté de presse au Sommet de la Francophonie qui s'ouvre le 3 septembre à Moncton.

Le Sommet compte en effet parmi ses participants pas moins de 15 pays qui briment la liberté de presse au point d'être périodiquement dénoncés à l'échelle internationale par des organismes comme Reporters sans Frontières, le Réseau d'échange sur la liberté d'expression ou le Committee to Protect Journalists des États-Unis.

Le Québec et le Canada ne peuvent faire partie, sans protester vivement, d'un club de pays où les journalistes sont menacés, battus, incarcérés (souvent sans jugement), ou tués, où les journaux sont saisis, suspendus ou contrôlés par l'État, où les médias étrangers sont interdits, et où Internet est censuré. Les pays visés par l'une ou l'autre ou par plusieurs de ces exactions sont le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Gabon, la Guinée Équatoriale, le Laos, la Mauritanie, la République Centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Rwanda, le Tchad, le Togo, la Tunisie et le Vietnam.

En particulier, le Comité vous demande d'exiger la libération des 17 journalistes actuellement en prison pour délit de presse dans les pays de la Francophonie, et de faire reconnaître par les participants au Sommet que les peines de prison pour délits de presse, la diffamation par exemple, sont des peines tout à fait disproportionnées qu'il faut proscrire. Quatorze des 15 pays visés ici ont adopté de telles lois.
Un journaliste vietnamien emprisonné pendant 20 ans, M. Doan Viet Hoat qui était récemment l'invité du Comité à Montréal, rappelait qu'il ne saurait y avoir de développement économique et de lutte à la corruption sans le respect des droits fondamentaux des citoyens, dont la liberté de presse. Nous espérons que vous partagez ce point de vue.

Le Comité québécois pour la liberté de presse est un comité de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec qui veille à la défense de la liberté de presse dans le monde.

Michel C. Auger, président de la FPJQ
Jane McElhone, responsable du Comité québécois pour la liberté de presse et membre du c.a. de la FPJQ

ACTION RECOMMANDÉE:

Veuillez envoyer des lettres comparables à:

Hon. Jean Chrétien
Premier Ministre du Canada
House of Commons
P.O. Box 1103
Ottawa, Ontario
K1A 0A6
Fax: +613 941 6900
E-mail: pm@pm.gc.ca

Lucien Bouchard
Premier Ministre du Québec
Hotel du Parlement
Quebec City, Quebec
G1A 1A4
Fax: +418 643 3924
E-mail: premier.ministre@gouv.qc.ca